Rechercher
  • Lucie

Manger moins vite pour réduire le risque d’obésité

Temps de lecture : 4 minutes


Dans la population générale et dans celle plus spécifique des adultes souffrant de troubles métaboliques, une vitesse d’ingestion plus rapide des aliments est associée à un indice de masse corporelle et un tour de taille plus élevés. Plusieurs études ont mis en évidence un lien entre le fait de manger lentement et des apports énergétiques moins importants. Une revue de littérature examine la relation entre la vitesse d’ingestion des aliments et des indicateurs de l’obésité : indice de masse corporelle (IMC) et tour de taille. Vingt-et-une études menées chez l’adulte, 6 longitudinales et 15 transversales, ont été incluses dans cette revue de littérature. Ces études comparent les données anthropométriques des participants déclarant manger rapidement à celles des personnes déclarant avoir une vitesse d’ingestion lente des aliments. Parmi les 18 études menées au sein de la population générale, toutes mettent en évidence une association entre le fait de manger moins vite et un IMC plus bas. Huit études ont examiné, dans cette même population, les liens entre la vitesse d’ingestion des aliments et le tour de taille. Sept d’entre elles montrent une association significative entre une vitesse d’ingestion lente et un tour de taille plus bas ; la huitième ne montre pas de lien statistiquement significatif. Trois études ont été menées au sein de populations spécifiques, souffrant de diabète ou du syndrome métabolique. Elles ont toutes conclu à une relation significative entre une vitesse d’ingestion lente et des paramètres anthropométriques améliorés : IMC et tour de taille plus bas. Pour conclure, les auteurs précisent qu’il n’est pour le moment pas possible de déterminer si c’est le fait de manger plus vite qui contribue à augmenter l’IMC ou si les personnes avec un IMC plus élevé ont simplement une tendance à augmenter leur vitesse d’ingestion. Néanmoins, les données longitudinales semblent indiquer que l’abaissement de la vitesse d’ingestion permettrait de réduire le risque d’obésité.


Source:

https://www.cerin.org/breves-scientifiques/manger-moins-vite-pour-reduire-le-risque-dobesite

Publié le 24/01/2022


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout